publicite lactualite

Energie renouvelable : 36 entreprises françaises en prospection

Par le 10 novembre 2017 à 11:22 - mis à jour le 20 février 2018 à 14:50

Des entreprises françaises sont à la recherche de partenaires pour la vulgarisation de l’énergie renouvelable. Le ministère de tutelle se dit prêt à coopérer.

La France s’intéresse aux énergies renouvelables. Les 9 et 10 novembre, 36 entreprises françaises sont en séminaire, avec les autorités malgaches du secteur énergétique, à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Cette rencontre vise à partager les expériences de l’hexagone en vue de résoudre les problèmes énergétiques à Madagascar.

Œuvrant dans les branches de l’hydroélectrique, de la photovoltaïque, du solaire, de l’éolienne et de la bioénergie, les experts français souhaitent nouer des contacts avec les entreprises publiques de Madagascar, en l’occurrence la Jirama (compagnie nationale d’eau et d’électricité), l’Ader (Agence de développement de l’électrification rurale), l’ORE (Office de régulation de l’électricité) ainsi qu’avec ceux du secteur privé.

«Les énergies renouvelables sont des moyens incontournables pour l’indépendance énergétique, pour la diminution du coût de la production car elles sont moins chères que le fuel importé. Apparemment, c’est ce coût de production dispendieux qui crève le budget de votre Etat. Nos entreprises sont ici (à Madagascar) pour en proposer des solutions. Toutefois, la stratégie de venir puis vendre une solution et de répartir n’est pas celle des Français. Le développement des énergies renouvelables est un développement local qui se fait avec un partenariat local », indique Cyril Carabot, secrétaire général, responsable des relations internationales au sein du syndicat des Énergies renouvelables en France.

L’expertise française intéresse les autorités malgaches, dans la mesure où cela permettra de diminuer le coût de la production d’électricité de la Jirama. A entendre le directeur général de cette compagnie nationale, Olivier Jaomiary, son département est prêt à céder une partie de sa place aux compagnies étrangères, sans pour autant leur laisser une liberté incontrôlée.

«Les énergies renouvelables sont des solutions adaptées à notre situation. Pour le cas des sources hydrauliques, par exemple, la Grande île possède un énorme potentiel en la matière. Notre capacité de production est estimée à 7800 MW mais seuls 200 MW sont exploités. Il est maintenant temps que nous travaillions avec des partenaires pour la production et pour la distribution d’électricité. La compétition est plus que nécessaire et l’Etat en sera le régulateur», avance-t-il.

Néanmoins, le secrétaire général du ministère de l’Eau, de l’Énergie et des Hydrocarbures rappelle que la loi qui régit l’électricité exige toujours la possession d’une concession d’autorisation à toute entreprise qui souhaite s’investir dans le secteur énergie. La procédure est la même pour le transport et la distribution.



Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *