publicite lactualite

Brexit : Clin d’œil de la Grande Bretagne à Madagascar

Chris Leslie
Le parlementaire britannique, Chris Leslie veut appuyer les paysans malgaches
Par le 8 novembre 2017 à 22:07

Les parlementaires britanniques entendent booster les échanges commerciaux entre leur pays et Madagascar. À ce jour, ceux-ci ne sont que de 152 millions d’ariary.

Un propos inattendu. Alors que le monde entier est presque secoué par le processus du Brexit (retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne), les parlementaires britanniques donnent de l’espoir. En visite dans le pays depuis quelques jours, ils entendent poursuivre, voire élargir les échanges commerciaux avec les autres pays, à l’instar de Madagascar. La fourniture de produits agricoles et matière première est l’un des principaux intérêts de la Grande-Bretagne à la Grande île.

«Pour le Brexit, c’est le référendum qui a été fait, les échanges commerciaux entre la Grande-Bretagne et les autres pays demeurent. Nous sommes à la recherche de partenariat avec d’autres pays et Madagascar pourra en tirer profit, surtout dans les secteurs de l’agriculture et de l’élevage. Sachez que dans les pays avancés, la subvention de l’État aux agriculteurs et aux éleveurs fait l’objet de compétition en vue d’améliorer la production… Un des objets de notre venue ici (à Madagascar) est de voir les côtés techniques sur lesquelles les deux pays pourront travailler ensemble», annonce Chris Leslie, un parlementaire britannique, ce 8 novembre, en marge de sa visite auprès du ministre du ministère du Commerce et de la Consommation (MCC), à Ambohidahy.

Madagascar souhaite l’appui des techniciens britanniques

Depuis des années, la balance commerciale entre les deux pays reste déficitaire. Madagascar exporte notamment des produits textiles et des produits de rente comme la vanille, sur le marché britannique. En revanche, le pays y importe des machines industrielles et du matériel en plastique. Selon le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine, la valeur des échanges commerciaux entre Madagascar et la Grande-Bretagne n’est que 152 millions d’ariary par an, soit 47 500 dollars. Alors que celle de Madagascar avec la Chine a atteint les 610 millions de dollars, seulement durant le premier semestre de cette année 2017.

«La venue des parlementaires britanniques est d’une grande importance pour nos échanges commerciaux. À noter que ceux-ci restent très timides. Nous souhaitons avant tout une rencontre avec les techniciens étrangers dans le but d’améliorer la qualité et les normes de nos produits. Par ailleurs, nous devons également booster notre production, car pour l’instant, celle-ci n’arrive pas à satisfaire la demande du marché extérieur », estime le ministre Chabani Nourdine.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *