publicite lactualite

Pierres précieuses : Le saphir de Madagascar pris d’assaut

Pierre precieuse
Par le 26 octobre 2017 à 21:07 - mis à jour le 27 octobre 2017 à 07:53

40% du saphir écoulé sur le marché international vient de Madagascar, mais malheureusement, la plupart sont exportées illicitement. Le ministère en charge des Mines tend à redresser la situation.

Madagascar : l’île aux Trésors. C’est incontestable, car le sous-sol malgache regorge d’importants gisements de pierres précieuses, telles que le diamant, le saphir et d’or.

Selon les résultats des études rapportés par le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, 40% du saphir circulant sur le marché mondial provient de Madagascar. D’autres constats iront même jusqu’à stipuler que c’est la moitié, mais que la plupart des exportations de cette variété de pierre précieuse sont effectuées d’une manière illicite.

Le marché asiatique demeure la principale destination des pierres précieuses à l’état brut de Madagascar. Parvenues dans les pays de ce continent, les gemmes brutes sont taillées pour être par la suite, revendues sous d’autres noms, à des prix incomparablement plus élevés, sur les marchés américains et européens.

« Nous savons tous que les pierres précieuses d’Ilakaka et de Kianjavato rayonnent dans les vitrines des autres pays, à l’étranger, mais seulement après avoir changé de noms. De ce fait, ces produits finis ne  contribuent aucunement au développement du pays, mais représentent par contre, un manque à gagner pour l’Etat », avance le ministre Ying Vah Zafilahy.

Trois exposants iront à Londres

Les statistiques officielles ont démontré que les exportations des pierres précieuses ne contribuent qu’à 18% seulement dans le Produit Intérieur Brut (PIB) du pays. Le peu de ces richesses, déclaré à l’exportation est à l’état brut, alors qu’une fois taillée, son prix peut atteindre cinq fois plus que celui de l’original. Par exemple, pour le saphir, le gramme à l’état brut est d’un million d’ariary à l’exportation. Alors qu’après avoir été taillée, la pierre ne pèsera plus que de 0,7 gramme, mais aura une valeur atteignant les 7 millions d’ariary.

Pour remédier à cette situation, le ministère de tutelle se mobilise pour améliorer l’accès des opérateurs sur le marché international. Dans cette optique, un concours de lapidairerie a été organisé vers le début de ce mois. La remise des prix des lauréats s’est tenue ce 25 octobre au siège du Mining Business Center (MBC) à Ivato. Le concours vise surtout à promouvoir l’expertise malgache dans le secteur.

A l’issue du concours, trois  candidatures sur les dix-huit participants ont été sélectionnées pour exposer leurs produits durant la Conférence internationale des gemmologues et des professionnels de la bijouterie, à Londres.  Les trois gagnants de ce concours sont  le lapidaire Pierre Ranarivelo, la société Stone’s World  Madagascar et le Royality gemmes Madagascar. Leurs oeuvres ont été jugées  par des experts internationaux, sur leur qualité par rapport aux normes internationales.

gagnant concours pierre precieuse

Les trois vainqueurs du concours lapidaireries partiront à la conquête du marché londonien.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *