publicite lactualite

Energie renouvelable : la France apporte son expertise

ccifm
(© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)
Par le 25 octobre 2017 à 22:37

Le Service économique de l’ambassade de France prévoit de tenir un séminaire par rapport aux problèmes énergétiques de Madagascar. L’objectif est de sensibiliser les autorités sur l’offre française dans ce domaine.

« Pas d’énergie, pas de développement », a fait savoir Eric Noïtakis, chef de Service économique auprès de l’ambassade de France à Madagascar, lors de la rencontre avec la presse, ce 25 octobre, à la Chambre de Commerce et de l’Industrie de France à Madagascar (CCIFM), à Ankorondrano.

Compte-tenu des problèmes énergétiques que la Grande-île a du mal à affronter, l’hexagone souhaite apporter son expertise. Sur ce, un séminaire, intitulé « Les solutions de l’expertise française aux problèmes énergétiques à Madagascar » est prévu les 9 et 10 novembre, à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Ceci vise à présenter le savoir-faire français dans le domaine de l’énergie électrique renouvelable, comme l’hydroélectricité, la photovoltaïque, l’éolienne et la bioénergie.

« Notre objectif est de sensibiliser les autorités, les entreprises publiques comme la Jirama (Compagnie nationale de l’électricité et de l’eau) et les sociétés privées sur l’existence des solutions françaises qui répondent aux besoins de Madagascar. A noter que les principaux problèmes énergétiques de la Grande île sont l’insuffisance des capacités de production, l’insuffisance des réseaux de distribution et l’optimisation d’exploitation de la Jirama », a noté le conseiller économique.

A lire aussi : Madagascar : L’électrification à mettre en lumière

La solution sur le long terme ne sera possible que d’ici quatre ans

A titre de référence, selon le rapport de la Banque mondiale sur l’accès à l’électricité, publié en 2014, le taux d’accès à l’électricité à Madagascar est de 16,8%. Un taux très bas qui constitue un écueil considérable pour le développement du pays, selon les experts. Lors de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI) qui s’est tenue à Paris, au mois de décembre 2016, trois grands projets énergétiques sur la construction des centrales hydroélectriques ont été signés par l’Etat malgache et les partenaires.

Il s’agit de la centrale de Sahofika, à Ambatolampy, un projet qui sera mené par le Consortium Eiffage, financé à hauteur de 650 millions d’euros. Cette centrale hydroélectrique  pourra fournir jusqu’à 300 mégawatts (MW) d’électricité toute l’année. L’autre grand projet est la construction d’une centrale hydroélectrique à Antetezambaro, dans le district de Toamasina II, par la société Sogea-Satom. Financé à 315 millions d’euros, cette source est prévue produire 140 à 180 MW d’électricité. Et le troisième projet, s’inscrivant parmi les priorités du gouvernement, est celui de Volobe, à Toamasina, dont réalisation sera assurée par la société Colas. Cette centrale hydroélectrique dont les travaux sont financés à raison de 500 millions d’euros, pourra produire 110 MW d’électricité. Malheureusement, ces trois projets ne seront concrétisés que d’ici 4 ans.

«Les projets de construction de barrages nécessitent une ingénierie importante. Pour le projet Antetezambaro, nous pourrons l’achever dans quatre ans car avant de se lancer dans le vif du projet, il nous faut une année pour faire les études des impacts environnementaux et sociétaux », a expliqué Jean Luc Sion, expert auprès de Sogea-Satom.

En attendant, d’autres alternatives, comme la centrale solaire de 20 MW à Ambatolampy tentent d’alléger les problèmes de délestage, mais ce sera juste sur le court terme.

A lire aussi : Energie : Le Système d’Information Energétique se pointe



Étiquettes : , , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *