publicite lactualite

POESAM : Le projet « Manzer-Partazer » enthousiasme

Manzer-Partazer
L'Allemande Julia Venn et sa collègue Linda Rasamoeliniaina, reconnaissantes pour le travail qu'elles ont accompli. (© Mamy R / lactualite.mg)
Par le 23 octobre 2017 à 16:23 - mis à jour le 23 octobre 2017 à 22:50

Dans le cadre du Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient (Poesam), Orange Madagascar récompense les dix meilleurs projets malgaches sur l’entrepreneur social. Au niveau national, le « Manzer-Partazer » de l’entreprise Zero-Hero est élu meilleur projet et ira concourir bientôt au niveau continental.

« Manzer-Partazer ». C’est le nom du projet lancé par l’entreprise sociale Zero-Hero. Ayant pour objectif la lutte contre le gaspillage alimentaire. Ce projet consiste à collecter des produits cassés ou ceux dont la date de péremption est proche dans les grandes surfaces, ainsi que les restes d’aliments non consommés durant les cocktails dans les grands hôtels de la capitale afin de les offrir aux orphelinats. Une initiative qui a valu à cette équipe le Prix de l’entrepreneur social, lors de l’édition 2017 du Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient (Poesam) au niveau national.

En effet, même si ce genre d’initiative est déjà assez fréquent à l’étranger, notamment dans les pays de l’Europe occidental, il est nouveau et innovant à Madagascar. «Ce projet naît d’une simple réflexion personnelle que j’ai eue concernant ces produits et leurs destinations. Avec le soutien de la Commission de l’Océan Indien, nous l’avions initiée à l’île Maurice, puis à Madagascar. Ici, nous travaillons avec onze orphelinats de la capitale. En dix mois, nous avions pu collecter 3 tonnes de nourritures, issues de six supermarchés donateurs pour en faire 12 000 repas », note Julia Venn, cofondatrice du projet.

Élargir les bénéficiaires sur les consommateurs

Pour pouvoir « Manzer » avec Zero-Hero, les orphelinats doivent répondre à un certain nombre de critères. L’équipe donateur effectue au préalable une prospection auprès de ces centres, afin de savoir s’ils sont légalement en règle, s’ils sont équipés d’une cuisine et surtout d’un réfrigérateur pour conserver les nourritures. « Le ministère de la Santé publique est très strict quant aux conditions de consommabilité de ces nourritures », affirme Julia Venn.

En perspective, l’entreprise sociale « Zero-Hero » ambitionne de « Partazer » ces nourritures à d’autres bénéficiaires que sont les consommateurs. Le processus ne sera pas, toutefois, le même, car ces derniers devront payer quelques ariary pour qu’un pourcentage revienne à l’entreprise. À noter que l’entreprise d’express et de logistique DHL travaille, à titre gratuit, avec ce projet dans le transport des marchandises.

Le prix obtenu par le projet « Manzer-Partazer » ne se limite pas à Madagascar. Ce 8 novembre, celui-ci va disputer le même prix au niveau continental. Le deuxième et le troisième projet qui ont été récompensés à savoir « Majika » et « Betaksys System Madagascar » vont également disputer ce prix.

POESAM : Le rendez-vous des nouveaux entrepreneurs

A savoir que le POESAM ou Prix Orange de l’entrepreneur social en Afrique et au Moyen-Orient existe depuis 2011. Chaque année, il récompense les entrepreneurs proposant des produits ou des services innovants et responsables qui répondent aux besoins de la population. Ceux-ci peuvent être dans le domaine de la santé, de l’agriculture, de l’éducation, de l’énergie, de l’industrie ou encore du commerce. Le Poesam s’ouvre à tout étudiant, salarié ou entrepreneur âgé de plus de 21 ans, dont l’initiative a moins de trois ans d’âge et concerne les pays où se trouvent des filiales d’Orange en Afrique et au Moyen-Orient.



Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *