EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Jirama : La banque mondiale insiste sur l’Optima

| 5 mars 2021 à 20:40 | Economie
jirama
(© Mamy Randrianasolo / lactualite.mg)

Idah Z. Pswarayi-Riddihough, Directrice des Opérations de la Banque mondiale pour les Comores, Madagascar, Maurice et le Mozambique révèle que le maintien des tarifs par la JIRAMA a accumulé à cette société d’Etat un déficit opérationnel de près de 3700 milliards d’Ariary depuis 2009. C’est la raison pour laquelle il serait nécessaire de basculer vers l’Optimisation tarifaire.

Bras de fer entre la Banque mondiale et l’Etat Malagasy concernant l’application de l’Optimisation tarifaire (OPTIMA) par la société nationale fournisseur d’eau et d’électricité ou JIRAMA. Une réunion virtuelle s’est tenue, vendredi dernier, entre les deux parties mais aucun compromis n’a été trouvé. Les représentants de l’Etat tout comme ceux de la Banque mondiale ont campé sur leur position respective sur l’application de la tarification OPTIMA, objet de différend.

Sur son blog, Idah Z. Pswarayi-Riddihough, Directrice des Opérations de la Banque mondiale réaffirme sa position. Elle pointe du doigt le maintien des tarifs de la JIRAMA qui serait l’origine de 3700 milliards d’Ariary de déficit opérationnel depuis 2009 : « Imaginez combien de nouveaux clients auraient pu être connectés au réseau pour cette somme ! Cependant, cette somme n’a pas profité aux 85% de Malgaches qui n’ont pas accès à l’électricité, mais principalement aux 10% des gros clients de la JIRAMA (soit 1% de la population) et aux fournisseurs de la JIRAMA, à travers les marges excessives de contrats d’achat d’électricité dont la plupart ont été attribués illégalement en gré-à-gré entre 2009 et 2017 », indique-t-elle.

A lire également :  Agriculture : Madagascar, un géant aux pieds d’argile

Selon une source proche du dossier, lors de la réunion de vendredi, le camp Malagasy aurait demandé à la Banque quelques jours pour reconsidérer la question sur l’OPTIMA. Mardi dernier, en marge d’une signature d’un protocole d’accord avec la Banque centrale, Richard Randriamandranto, Ministre de l’Economie et des Finances avait réitéré que l’OPTIMA ne sera pas appliqué dans l’immédiat, pour ne pas sanctionner les ménages.

L’OPTIMA ou réajustement des tarifs par rapport à la consommation réelle est une des mesures de redressement de la JIRAMA, appuyée par la Banque mondiale. Avec l’OPTIMA, les tarifs 14, 16, 18 deviennent tarif Social (consommation mensuelle moins de 100 KWh), Economique (moins de 155 KWh), Confort (moins de 300 KWh) et Superconfort (au-delà de 300 KWh).

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur lactualite.mg