publicite lactualite

Secteur numérique : Les professionnels à l’assaut du marché extérieur !

Par le 19 octobre 2017 à 22:43 - mis à jour le 20 février 2018 à 14:46

Le Goticom collabore actuellement avec les professionnels de l’île Maurice pour accéder au marché extérieur. 

La mission du Groupement des opérateurs de la technologie de l’information et de la communication (Goticom) au niveau des îles de l’Océan indien a porté ses fruits. Un accord a été signé entre les professionnels malgaches et ceux de l’île Maurice pour la promotion du secteur numérique. Le partenariat vise l’accès des entreprises malgaches oeuvrant dans ce secteur au marché extérieur, les échanges d’étudiants entre l’Ecole supérieure des technologies de l’information (Esti) du Goticom et les universités numériques de l’île Maurice, ainsi que le développement de l’e-learning. Ceci étant un des grands défis à relever dans la Grande Ile.

« Madagascar a beaucoup à apprendre de l’e-learning pour faire accéder la population éloignée à la formation. Le défi est de taille et ceci necessite une bonne volonté politique. Au Sénégal, par exemple, les étudiants sont dotés d’ordinateurs et d’une connexion internet. Chez nous, le Centre national de télé-enseignement de Madagascar ou CNTMAD, est le seul véritable institut conforme aux normes en termes de formation à distance », a constaté Jean-Luc Rajaona, président du Goticom, lors d’une séance de restitution de mission à la Chambre de commerce et de l’Industrie d’Antananarivo, à Antaninarenina. Et d’ajouter : « Au pays, beaucoup reste à faire pour parler de numérique pour tous ».

Faible accès aux NTIC

La Nouvelle technologie de l’information et de la communication (NTIC) demeure un luxe à Madagascar. Dans son rapport intitulé « Mesurer la société de l’information 2016 », l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) classe Madagascar au 37ème rang sur les 46 pays d’Afrique, en matière de TIC, alors que l’île Maurice figure parmi les géants de ce domaine dans le continent, avec les Seychelles et l’Afrique du Sud. En juin 2016, l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec) a publié que le taux de connectivité à Madagascar est de 5% et que la Grande île ne compte que de 1 100 000 internautes et 10 500 000 utilisateurs de téléphones. La réduction de la fracture numérique entre les milieux urbains et ruraux est la principale obstacle à relever d’après les explications émanant du ministère des Postes, des Télecommunications et du Développement du Numérique.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *