publicite lactualite

Agriculture : Appel solennel de la FAO pour combattre la Chenille légionnaire

dons FAO
Harison Randriarimanana, MINAE, a remis les outils de la FAO à la DPV.
Par le 11 janvier 2019 à 08:00

La Chenille légionnaire d’automne menace d’envahir les cultures de riz, de sorgho, de millet, de la canne à sucre, des cultures maraîchères et du coton. L’Agence onusienne pour l’Alimentation et l’Agriculture ou FAO appelle la mobilisation de tous les partenaires de développement de Madagascar pour combattre le fléau.

Le phénomène de Chenille légionnaire d’automne, un insecte ravageur des plantes continue à faire des ravages. Selon la FAO, ce 10 janvier, le fléau est présent dans les 22 régions de Madagascar et s’est déjà attaqué aux champs de maïs dont le taux d’infestation avoisine les 50% de la production. Susceptible de se nourrir de plus de 80 espèces de plantes, la Chenille légionnaire d’automne menace ainsi la plantation de riz, de sorgho, du millet, de la canne à sucre, de toutes les cultures maraîchères et du coton. Ce qui amène la FAO à appeler tous les partenaires de développement de Madagascar à se tendre la main pour combattre le fléau dévastateur. Dévastateur, car il expose la population Malagasy aux risques d’insécurité alimentaire et aux résidus de pesticides chimiques par la bioaccumulation à travers la chaîne alimentaire.

Selon la FAO, l’urgence est de renforcer les mécanismes de coordination nationaux, de mettre en place des données nationale, de mener une campagne de sensibilisation au niveau national, de renforcer les travaux de laboratoire pour la lutte phytosanitaire, de renforcer les équipements et matériels. Dans ce sens, la FAO a doté la direction de la Protection des végétaux (DPV), auprès du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage (MINAE) de plusieurs milliers de pièges à phéromones avec cartouches, des pulvérisateurs de produits phytosanitaires et des équipements de protection individuelle, une douzaine de motos, une centaine de Smartphones et de tablettes, une vingtaine d’unités de GPS mobiles et des équipements informatiques. D’après Patrice Talla, Représentant de la FAO, ces outils pourront renforcer le système de surveillance, de riposte et de contrôle intégré contre ce fléau.



Étiquettes : ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *