EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Banque Africaine de Développement : 156,81 millions de dollars pour désenclaver le Sud de Madagascar

| 19 décembre 2018 à 07:34 | Economie
photo BAD

La Banque Africaine de Développement (BAD) et ses partenaires ont signé, avec le Gouvernement Malagasy un accord de projet coûtant 156,81 millions de dollars. Ceci consiste à l’aménagement des RN9 et RNT12A pour l’ouverture de Madagascar sur le canal de Mozambique et l’océan Indien.

Madagascar va ouvrir davantage ses frontières. Ce 17 décembre, La BAD et ses partenaires, dont l’Union européenne, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole pour le développement international et les Fonds arabes ont signé un accord pour la mise en œuvre d’un projet d’un coût total de 156,81 millions USD. D’une durée de cinq ans (2019-2024), ceci consiste à désenclaver les régions du Sud, notamment Toliara et Tolagnaro par la création de deux corridors sur les façades maritimes du Sud-Ouest avec le port de Toliara et du Sud-Est avec le port de Tolagnaro. Ceux-ci permettront d’ouvrir sur le marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa), la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et la Commission de l’océan Indien (COI).

« Le projet que nous lançons aujourd’hui vise à moderniser les infrastructures du Sud, permettant de créer plus d’échanges entre Madagascar et les autres pays de l’Afrique. Grâce à la BAD et ses partenaires, ce projet va également permettre de débloquer le potentiel économique des quatre régions du sud. Nous espérons voir d’autres projets similaires », se réjouit Vonintsalama Andriambololona, ministre des Finances et du Budget (MFB).

A lire également :  PDCID II : 16,6 millions d’euros du Gouvernement allemand

Ce projet se démarque de sa capacité à faciliter le développement du commerce et l’inclusion économique. Il interviendra également dans le renforcement des capacités des PME de l’Agriculture, de la Pêche, du Commerce et du Tourisme. D’ici 2024, 300 PME, soit 5000 personnes dont au moins 50% de femmes seraient formées à répondre aux besoins du marché afin d’améliorer leur productivité et leur compétitivité. Selon Mohamed Chérif, responsable pays de Madagascar au sein de la BAD, ces formations sur le renforcement des capacités des agriculteurs transformeront les pratiques agricoles et créeront de la valeur ajoutée sur des produits locaux au fort potentiel d’exportation. Il est à savoir qu’à Madagascar, le volume des engagements de la BAD atteint les 372,9 millions de dollars pour 16 projets nationaux et un multinational.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg