publicite lactualite

Diminution de subvention de la Jirama : Une hausse de 40 à 50% des tarifs à craindre

Lantoniaina Rasoloelison et jirama
Lantoniaina Rasoloelison, MEH, plaide en faveur de la Jirama.
Par le 3 décembre 2018 à 22:52 - mis à jour le 4 décembre 2018 à 22:57

Le ministère de l’Energie et des Hydrocarbures (MEH) annonce que la soustraction de 50 milliards d’ariary dans la subvention de la Jirama, comme l’ont amendé les députés, pourrait induire à une hausse des tarifs ou à une réduction de la production d’énergie.

La subvention allouée à la Compagnie nationale fournisseur d’eau et d’électricité ou Jirama anime les débats. Cela fait suite à l’amendement de la Loi de finances initiales (LFI 2019) par les députés, le 27 novembre, notamment la soustraction de 50 milliards d’ariary sur les 255 milliards de subventions de la Jirama, prévue par la LFI 2019. Ce 29 novembre, en marge de la présentation du bilan énergétique, Lantoniaina Rasoloelison, MEH révèle qu’une baisse de la subvention allouée à la Jirama en 2019 aura des conséquences néfastes, soit sur la production d’énergie par la compagnie, soit sur les coûts à payer par les ménages. Le ministre estime une hausse des tarifs d’électricité de 40 à 50%, au lieu de 5 à 10%. L’autre alternative est de réduire la production d’énergie par la Jirama, au risque de provoquer un délestage incessant.

Le prochain Gouvernement aura du pain sur la planche

Il revient, ainsi aux Sénateurs de décider s’ils approuveront la demande des députés ou ils s’opposeront et, ainsi, de renvoyer la LFI pour deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Le MEH explique que la Jirama continue de vendre à perte l’énergie électrique auprès de ses abonnés. Le coût de la production du kW est estimé à 625 ariary alors que la compagnie vend à 400 ariary, ce qui fait un manque à gagner de 225 ariary par kW. En un an, le gap s’élève à 405 milliards d’ariary, c’est pourquoi la subvention de l’Etat jusqu’en 2020, délai de l’atteinte d’un équilibre opérationnel de la Jirama.

Par ailleurs, le bilan énergétique stipule que du travail attend le prochain Gouvernement pour atteindre cet objectif d’équilibre opérationnel de la Jirama. Il s’agit, entre autres, des travaux de construction des trois centrales hydroélectriques à Volobe, d’une capacité de 120 MW, Antetezambato (100 MW) et Sahofika (200 MW). A cela s’ajoute la mise en place de 45 centrales hybrides (association de deux centrales thermiques et renouvelables dans la production d’énergie) dont une partie est financée par un prêt sans intérêt de 8 millions d’euros de la Belgique. L’hybridation contribue à réduire de 20 à 30% le coût de la production et à stabiliser la fourniture d’électricité. Elle permet également de moderniser et mettre aux normes les installations vétustes existantes.



Étiquettes : , ,
Ajouter commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *