EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Kingdom, Les raisons pour regarder ce chef d’oeuvre horrifique sur Netflix

| 14 avril 2021 à 15:32 | mis à jour le 14 avril 2021 à 15:33 | Divertissement

Si the walking dead vous rébute au plus haut point, « Kingdom » synthèse du savoir horrifique du cinéma coréen risque fort de vous surprendre. Apparu en catimini sur Netflix, c’est un show qui mélange subtilement un drama dans le plus pur style coréen et horreur. D’ailleurs si le genre zombie vous révulse, vous risquez bien d’en reprendre avec Kingdom. Focus.

Au revoir, les zombies, bonjour les zombies ! Si The Walking dead commence à marquer le pas, Netflix avait à l’époque chois d’exploiter le filon des séries Z à sa propre façon ! Trouvant ses origines dans un webcomics, land of the gods, Kingdom c’est  un subtil mélange d’horreur et de Sageuk (drama médieval sud-coréen). Efficace à souhait.

Vous avez droit à deux saisons haletantes…pour le moment

Mise en scène par Kim Eun-Hee et réalisé de fond en comble par Kim Seong-Hun, Kingdom c’est l’histoire d’un prince (forcement), condamné par un gouvernement de ripoux et qui doit faire face à une armée de zombie. Voilà le pitch est vite dit. Vous êtes prévenu, les deux premiers épisodes seront lourds au possible.

Pour ceux qui sont initiés aux dramas sud-coréens, c’est du grand classique. Mise en place d’une intrigue, présentation des personnages, mise en valeur des costumes et du talent du réalisateur. Vous êtes prévenus, le début est un poil rigide et très théâtralisé, mais passé ces premières 90 minutes, les choses s’accélèrent.

A lire également :  Netflix : The irregulars, clap de fin pour la série

Un récit bien amené

Si vous n’avez pas encore vu la série et sans trop vous en dire non plus, cette étrange épidémie qui affectent le royaume de ce prince, met au centre de l’échiquier la reine et ses conseillers et un roi gravement malade et de l’autre un peuple qui fait face à la famine.

C’est simple, mais très efficace. D’ailleurs le personnage du prince est à la fois idéalisé et noble, et fait face à une classe dirigeante corrompue. Donc le récit s'articule autour d’une menace zombie. À la manière d’un Game of Thrones et de ses marcheurs blancs, Kingdom s’articule autour d’une menace zombie. Bien réel et bien visible dès le premier épisode de la série.

Des zombies qui courent, mais qui courent…

Les zombies de Kingdom sont malins, très malins. Une fois la nuit tombée, ils se réveillent et rodent à la recherche de chair fraiche. Et par-dessus tout, ils aiment sprinter. Très vite. Pour les habitants, il ne reste qu’une solution. S’organiser le jour, construire des barricades, fuir et la nuit venue, affronter ces cauchemars ambulants.

Dès le 3e épisode, c’est de l’action à outrance. Les attaques sont remarquablement mises en scène et chorégraphiées avec efficacité. C’est sanglant, mais jamais dans la démesure. Juste assez de gore pour faire passer la pilule. Le tout est bien évidemment imprégné de quelques scènes bien senties et osées.

A lire également :  Lucifer saison 5 partie 2 sur Netflix : date de sortie, intrigue,... le point sur la série !

Une série plutôt courte mais rythmée de la première à la dernière seconde

6 épisodes pour la première saison mais que vous allez prendre un malin plaisir à dévorer d’un seul trait. Pour une série apocalyptique, elle se démarque par son rythme effréné et une violence très élégante. La série ne verse pas vers de classiques réflexions existentielles.

0 Partages
Dans le même sujet :
À lire sur l'actualité.mg