• Home  / 
  • Culture
  •  /  Johnny Hallyday : Une étoile s’est éteinte

Sujet associés

Johnny Hallyday : Une étoile s’est éteinte

Johnny_hallyday_(2003)

Le rocker Johnny Hallyday a succombé à une maladie contre laquelle il s’est battu depuis longtemps. Par sa mort, à l’âge de 74 ans, c’est un véritable monument de la chanson française qui s’en est allé.

Du haut de son mètre 84, endossant sa tenue favorite inspirée d’un mélange de western et de motards américains. Blouson perfecto et  pantalon serré assorti en cuir, et bottes brodées à la façon western, Johnny Hallyday à chacune des se apparitions sur scène, fascine, envoûte,  subjugue et affole ses fans. Le rock et le twist, c’est lui qui les a popularisés dans l’Hexagone.

Toutes les générations, septua, sexa, quinqua, quadra, sinon les moins âgés, ont appris avec tristesse le décès de Johnny Hallyday, terrassé par un cancer des poumons. Johnny, le symbole du rock et de la musique française qui a bercé et fait virevolter plus d’un à travers le monde durant  ses plus de cinquante-cinq ans de carrière, essentiellement dans l’art chansonnier, avec quelques apparition sur l’écran du cinéma où il a tenu des rôles principaux.

« Ma vie c’est le rock », le disait Johnny dans ses chansons. La guitare et la moto étaient se objets personnels. Son tube « La Musique que j’aime », illustre bien ce concept. Le rêve américain, il l’a réalisé à sa façon, par des scènes très réalistes dans des cadres du pays berceau du rock’n roll, les USA qu’il adulait particulièrement comme une seconde patrie.  « Des motos et des hommes, et la Californie, je roule en tête et la bande me suis », chantait-il dans « Johnny Rider », pour illustrer cette passion pour les USA.

Batailler dur pour le rock

Le succès et la grandeur de Johnny, il a du batailler fort, très fort, pour pouvoir les asseoir. En 1958, il a apporté une révolution dans la tendance musicale en France, en y introduisant le rock’n roll, en s’inspirant des disques  d’Elivis Presley et de Billy Halley que lui a remis son producteur Lee Hallyday, convaincu que cette nouvelle tendance pouvait marcher en France. Mais, comme tout nouveau venu, le rock a été rejeté sans ménagement, tant par le public que par les producteurs qui trouvaient ce genre trop violent et trop dissipé. Il lui a fallu attendre trois ans pour parvenir enfin à courtiser le public. « Souvenir souvenir » fut le déclic qui a ouvert le cœur des auditeurs.

Amoureux inconditionnels de Johnny

A Madagascar, où Johnny a bercé une foule de génération avec ses airs inoubliables, sans y avoir été présent physiquement. Un classement des fans de Johnny placerait  certainement les Malgaches dans les premiers rangs. Son style, sa façon de chanter, voire son look se retrouvent chez des artistes qui essayent même d’imiter sa voix. Rares sont les fêtes où l’on n’entend pas des chansons du rocker.

Cet amour et cette passion inconditionnels des Malgaches à l’endroit de Johnny, l’artiste n’a pas pu, ou n’a pas su le leur rendre. A plusieurs reprises, des ébauches de tournée de Johnny à Madagascar ont été ouïes, mais à chaque fois, la concrétisation a fait défaut. C’était le seul regret des Malgaches qui, malgré leur immense affection pour Johnny, n’ont pas pu le voir pour de vrai. Malgré ce manque, ils n’ont cessé de lui vouer une passion ineffaçable. La seule véritable occasion de la réalisation de ce souhait  s’est présentée lors d’une tournée humanitaire effectuée à Madagascar par sa femme Laeticia en 2009, mais une échauffourée politique survenue cette année-là a mis fin à ce projet.

Johnny était passé à Madagascar

Dire que Johnny n’a jamais foulé le sol de Madagascar ne serait pas tout à fait juste puisqu’à plusieurs reprises, il a fait escale à l’aéroport d’Ivato Antananarivo, lors de vacances qu’il passait à l’île de La Réunion. Pour les Malgaches séjournant dans ce pays pour des raisons professionnelles, c’étaient les seuls occasions de voir et d’approche la rock star, et de pouvoir poser en photo avec lui sur le parking, sinon dans le hall de l’aéroport de Gillot, St-Denis.

Une anecdote singulière témoignée par une de ces businesswomen des années 80 à La Réunion : « Avec le bric-à-brac plein les bras, acheté à Saint Denis, en traversant le couloir de la cabine de l’avion, j’ai accroché le tee-shirt d’un homme qui, à ma grande surprise n’était autre que Johnny. Quoique je ne sois pas très chanson, j’étais tout de même contente de lui adresser un « pardon » avec le sourire, qu’il me rendit gentiment. Je ne pouvais  imaginer qu’un si grand artiste puisse voyager parmi les simples gens. Je trouve que c’est une preuve d’humilité de sa part ».

Des airs inoubliables

A travers ses chansons « Retiens la nuit », « Fils de Personne », « Je te promets », « Souvenir-souvenir », « Salut Charlie », « Quand ça te brise le cœur », « Le Temps du rock and roll », et surtout « Que je t’aime », ses fans se retrouvent et s’identifient pour mieux appréhender ses propres sentiments : amour, joie, douleur, et nostalgie. En duo avec son premier amour de jeunesse et complice de scène, qui est devenu plus tard son épouse,  Johnny n’a fait que passionner davantage ses fans. Les plus célèbres, « J’ai un problème » et « Te tuer d’amour » sont devenus des mélodies cultes des jeunes.

Solo Andrianasolo, un des virtuoses malgaches de la chanson et de la musique, enseignant ces arts depuis des années en France, a reconnu la grandeur de Johnny Hallyday. « Chanteurs, musiciens ou simples gens ont été inspirés par Johnny Hallyday. Il est parmi les artistes de l’art chansonnier qui a réalisé une carrière longue et réussi, ce qui confirme son statut de ce grand monument de la musique », a-t-il souligné. Et d’ajouter : « Pour moi, c’était un chanteur battant et courageux dans la vie, et très professionnel. Il était de la trempe de ceux appelle une « bête de scène ».

Johnny aura été l’un des plus célèbres chanteurs francophones et l’une des personnalités françaises les plus médiatisées.

Johnny Hallyday, la pierre qui roule

Né en 1943, Johnny Hallyday, de son vrai nom Jean-Philippe Léo Smet, d’origine française et belge, a commencé à chanter à l’âge de 16 ans. Il a choisi ce nom de scène pour rendre hommage à son premier producteur Lee Hallyday.

Avec Sylvie Vartan, en 1965, Johnny forme un duo sublime, enflammant la scène et affolant leurs fans qui voyaient en eux le couple symbole de la jeunesse française. Johnny Hallyday et Sylvie Vartan se marient le 12 avril 1965, et divorcent en 1980, après de vie commune parsemée de séparations et de réconciliations. Néanmoins, en 1966, le couple a eu un fils, David Hallyday. Johnny a reconnu que son incartade avec une de ses choristes, aura été la véritable cause de sa séparation avec Sylvie. « J’ai tenté de reconquérir Sylvie. Sans succès. J’étais allé trop loin…Nous nous sommes réconciliés un an plus tard, mais cette blessure, trop profonde pour être cicatrisée, sera la véritable raison de notre divorce en 1980 », a-t-il expliqué à la presse.

Une brillante carrière

En tout, durant sa carrière de musicien et chanteur, Johnny Hallyday a effectué 183 tournées à travers le monde, 27 représentations à Paris et attiré plus de 28 millions de spectateurs. Il a enregistré plus de 1 000 titres, composé une centaine de chansons et vendu 110 millions de disques. Côté distinctions,  sa carrière a été récompensée de 40 disques d’or, 22 de platine, 5 de diamant et de 10 « Victoires de la musique », avec une discographie officielle comprenant 50 albums en studio et 29 albums live. Avec ses principaux compagnons de scène, Jacques Dutronc et Eddy Mitchell, de 2014 à 2017, il formait un trio, « Les Vieilles Canailles »

Ajouter commentaire