EN CE MOMENT : Coronavirus Covid-19 Liberté d'expression Tsaradia

Les vaccins anti-covid, comment ça marche ?

La vaccination est au cœur de la stratégie pour lutter contre la Covid-19. Avec l’apparition de nouveaux variants un peu partout dans le monde, la vaccination est vite devenue vitale. Un nombre de cas qui explose remet pourtant en question l’efficacité de ces vaccins. Le point sur la question par la rédaction.

Une campagne de vaccination mondiale qui avance piano

Dans de nombreux pays, des campagnes de vaccination battent leur plein. Même si les nombres de cas augmentent drastiquement et que des variants plus virulents émergent, les vaccins commencent à avoir ses détracteurs. Une augmentation des cas qui suscitent bien des inquiétudes.

La question sur l’efficacité et sur les risques de ces nouveaux vaccins ne date pas d’hier. Dès le début de la pandémie mondiale, c’est une solution qui a été évoquée. Mais ces derniers temps, les questions deviennent de plus en plus fréquentes. Est-ce que les vaccins seront à même de générer les anticorps appropriés pour lutter contre les nouveaux variants ? Rajoutez à cela des communications assez maladroites sur la vaccination et on obtient une joyeuse cacophonie.

Moderna et Pfizer BioNtech efficaces contre les variants

Ce sont là les deux vaccins à ARN qui sont actuellement disponibles pour lutter contre la covid-19. Et, d’après les premières données accessibles, ils sont efficaces contre les variants, surtout le variant britannique. D’ailleurs, la compagnie Moderna vient d’indiquer que son vaccin sera toujours efficace, mais à des proportions plus réduites face au variant Sud-Africain. Surement le variant qui inquiète le plus la communauté scientifique à cause de sa virulence et de sa létalité.

Il en va de même pour le vaccin Novavax. Selon des études cliniques récentes, ce vaccin est efficace à 90% contre le variant britannique, mais seulement à 60 % une fois en Afrique du Sud. Une disparité des résultats qui peuvent s’expliquer par des réalités socio-économiques différentes.

Vers des vaccinations de rappel ?

Les différents laboratoires préconisent un rappel pour les vaccins afin de lutter efficacement contre la propagation de l’épidémie. C’est une stratégie efficace pour augmenter significativement la défense immunitaire. Par exemple, le laboratoire Moderna étudie déjà la possibilité d’injecter une deuxième dose supplémentaire de son vaccin pour obtenir une réponse plus puissante de la part de l’organisme. Comme dans la plupart des vaccins, il s’agit là d’une nouvelle injection à des distances séparées des premières.

Qu’en est-il des effets secondaires de la vaccination ?

L’une des préoccupations majeures de la population concernant la vaccination, c’est bien évidemment les effets secondaires. Et avec des témoignages de plus en plus nombreux sur les réseaux sociaux, la suspicion va en s’agrandissant. L’information la plus souvent relayée est le risque de thrombose veineuse (vaccin Astra Zeneca). Mais, l’Agence européenne du Médicament se veut rassurante sur le sujet.

Effectivement, dans un avis datant du 19 mars 2021, la HAS en France avance que « la possibilité d’un lien entre le vaccin, et des cas de coagulation intra vasculaire disséminée (CIVD) et de thrombose veineuse cérébrale (TVC) ne peut pas être écarté à ce jour. De son côté, l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) dans son dernier point de pharmacovigilance (26 mars 2021) a confirmé un risque thrombotique “très rare” associé au vaccin AstraZeneca contre la Covid.

La solution la plus efficace en ce moment

En définitive, la vaccination est la solution la plus idoine en ce moment pour lutter contre cette épidémie de la Covid-19. Et cela, même si la question de l’efficacité sur le long terme de ces vaccins est encore à démontrer. D’ailleurs, en se reposant sur les données recueillies actuellement, les vaccins sont efficaces face à la maladie. Et toutes les autorités du monde s’accordent à dire que c’est le cas. Le point le plus important maintenant c’est de savoir si cette efficacité prouvée s’en va decrescendo avec le temps. L’avenir nous le dira.

Une campagne de vaccination qui tarde à Madagascar

Selon une étude récente menée par Transparency International Madagascar, Sur une palette de 1700 personnes interrogées, plus de 75% d’entre eux sont favorables à la vaccination. Cela fait sens à la suite des déclarations du président malgache Andry Rajoelina en date du 26 mars dernier.

Un communiqué provenant de la présidence de la république malgache précise que « la prise de vaccin est un choix et ne devrait pas être obligatoire ». Pour la mise en œuvre de cette nouvelle politique des autorités malgaches, un comité scientifique comprenant le ministère de la santé publique et celui de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a vu le jour.

Selon le ministre de la santé publique, Jean Louis rakotovao, « L’État Malgache, via le ministère de la Santé publique, a décidé de s’inscrire à l’initiative Covax». Par la suite il a tenu a préciser que la campagne de vaccination devra suivre plusieurs phases avant d’être vraiment effective.

À lire également
Préventions

Préventions

Symptomes

Symptômes